Suki Kimono – Helen’s closet

Voilà un projet que j’avais en tête pour l’année 2018 et qui a finalement été reporté dans mon #makenine2019, un kimono pour la maison.

Le constat

Force est de constater que les cousettes les plus rentabilisées sont celles des vêtements d’intérieur comme les pyjamas ou les vêtements pratiques et confortables comme les tee-shirts. A partir de cette réflexion, et vu la tête des mes robes de chambre qui sont des cadeaux « goodies » reçus dans des commandes de je ne sais plus quels produits, il paraissait évident de me coudre un vêtement d’intérieur.

Le patron

J’ai choisi le patron du kimono Suki car j’aime sa forme simple et l’empiècement du col. J’ai aussi trouvé le potentiel de ce patron comme une base intéressante pour d’autres projets comme une veste courte que j’ai vue sur les réseaux sociaux à partir de ce patron.

Le patron de décline en deux longueurs, en dessous du genou, et milieu du mollet.

Les explications sont claires, accompagnées d’illustrations qui aident beaucoup vu que c’est en anglais.

Les parties techniques sont à mon avis, la couture de tissus plutôt fins et fuyants selon votre choix. L’empiècement du col au niveau des coins de l’empiècement avec le reste du vêtement. Pour cette partie, ainsi que pour les bracelets de manche, le patron propose deux options avec un niveau de difficulté différent selon les finitions que vous souhaitez obtenir. Pour ma part et étant donné que j’ai choisi de coudre ma première version dans de la soie, j’ai décidé de choisir les options les plus simples !

Le tissu

Vous le savez, j’ai décidé de ne pas coudre ma robe pour mon mariage et je me suis donc aménagée quelques plaisirs coutures pour le mariage… J’ai décidé de me coudre un kimono pour porter lors des préparatifs avec la coiffeuse et maquilleuse… Ce sera aussi bien sur une pièce que je pourrais ensuite porter au quotidien mais en soie, je vous l’accorde, plutôt pour les soirées d’été.

J’ai choisi un crêpe de soie de chez Stragier en profitant de réductions. Il n’est pas opaque, ça me dérange moyennement vu que je ne porterais pas mon kimono sans rien dessous mais je m’attendais à un peu plus quand même d’opacité.

Comme toujours avec Stragier la qualité est très belle, je m’attendais à avoir quelques soucis pour coudre ce tissu et très honnêtement avec les précautions d’usage je n’ai eu aucun problème.

Voilà les quelques règles que j’ai suivies :

  • pour épingler le patron sur le tissu et les pièces de tissu entre elles j’ai utilisé des épingles très fines spéciales soie de chez Bohin trouvées chez Mondial Tissus
  • pour coudre j’ai utilisé mon pied double entraînement
  • ainsi qu’une aiguille fine spéciale pour des matières comme la soie, je crois que c’est du 55. Attention c’est vraiment fragile, j’en ai cassé trois durant la couture.
  • pour le fil j’ai utilisé mon fil habituel gütterman

La couture

Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières mais comme je vous l’ai dit j’ai choisi les deux options simplifiées pour la couture des bracelets de manches et pour le montage de l’empiècement du col.

Les modifications

J’ai simplement customisé mon peignoir avec de la dentelle de calais que j’ai là aussi commandé chez Stragier. J’ai cousu à la main sur mes bracelets de manche et sur mon empiècement, avant de les coudre sur le vêtement.  C’est l’étape de la couture à  la main qui a été la plus longue mais le résultat en vaut la peine.

J’ai également modifié l’empiècement de l’encolure pour l’agrandir et pouvoir utiliser ma bande de dentelle au maximum.

Les difficultés rencontrées

Finalement ce qui m’a donné le plus de fil à retordre, c’est l’ourlet du côté du peignoir (en dessous de l’empiècement) et du bas du peignoir. J’ai hésité à mettre un coup de fabulon avant de faire ces étapes mais je ne savais pas comment le tissu allait réagir donc j’ai préféré éviter. Au final avec un peu de patience tout s’est bien déroulé même si je dois avouer que cela aurait pu être plus parfait.

Place aux photos

Je m’excuse par avance parce que je vais vous assommer de photos… Trop dur de choisir entre toutes les magnifiques photos de notre photographe Aurélie (que je vous conseille à 10000% pour toutes vos photos si vous êtes aux alentours de Lyon).

On commence la préparation, je suis encore détendue..

Le détail de mon empiècement de manche avec la dentelle de calais

Le joli tombé du col et des manches du kimono

On ne me changera pas, moi et les têtes bizarres c’est pour toujours !

Le kimono vu de dos

La mariée boit du coca, prendre des forces avant d’enlever mon kimono et d’enfiler ma robe !

Se laisser guider par la photographe…

Et se faire prendre en flagrant délit d’admiration du maquillage 😀

Et pour terminer, je vous montre la délicatesse de la dentelle sur le col de mon kimono

La suite

Il me paraît évident de coudre une seconde version de ce patron dans un tissu plus approprié à l’hiver et la mi-saison. Peut être une flanelle ou une double gaze.

Je pense également garder en tête ce patron pour faire une veste type tailleur fluide assez courte dans un crêpe épais uni. Qu’en pensez-vous ?

 

Détails

3 réflexions sur “Suki Kimono – Helen’s closet

  1. Lise dit :
    Trop belle, copine !
    Ah Stragier est une valeur sûre. ..
    J’ai suivi les discussions autour du changement du patron (de « kimono » vers « robe », qu’on pourrait traduire par peignoir), c’est intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *