Robe Charlotte – Fibre Mood

J’ai toujours aimé les robes portefeuille ! Alors quand j’ai vu les versions de la robe Charlotte défiler sur Instagram j’ai tout de suite voulu m’en coudre une. Et d’autant plus, qu’avec son système de fermeture avec la ceinture je pensais que le modèle serait plutôt facile à ajuster après l’accouchement en fonction de ma perte de poids.

Le patron de la robe Charlotte

Il s’agit d’un patron Fibre Mood qui a été mis à disposition gratuitement, pour la version courte uniquement de la robe, durant le confinement.

Charlotte est donc une vraie robe portefeuille. C’est à dire qu’elle s’ouvre et dévoile une partie du décolleté ou des jambes… J’avais peur de me retrouver « à poil » mais au final je n’ai pas eu d’accidents pour l’instant et je me sens très à l’aise avec. Elle est fermée à la taille par une ceinture. D’ailleurs la finition de l’endroit ou l’on passe la ceinture dans la robe pour la fermer est je pense la seule chose qui m’a déçue dans ce patron (en terme de niveau de finition). La jupe comprend un volant sur sa partie basse et elle a une découpe plus courte et ouverte sur l’avant.

C’était la première fois que je cousais un patron de cette marque et j’ai été très contente. Déjà l’impression du patron s’est fait sans encombre. C’est toujours plaisant de pouvoir sélectionner la taille souhaitée sur le PDF avant d’imprimer et assembler le patron. J’ai trouvé les explications très claires. Elles sont accompagnées de dessins techniques. J’aurais juste rajouté 2 crans sur le volant et la jupe pour faciliter sa répartition. Sinon tous les autres crans sont bien utiles et tout est bien indiqué.

La couture

Je n’ai rencontré aucune difficulté pour coudre Charlotte. Mais il faut avouer que j’ai un peu triché… J’ai fait un ourlet roulotté à la sur jeteuse pour le volant au lieu de faire l’ourlet mouchoir proposé… Je pense que pour une débutante l’ourlet mouchoir, surtout sur une matière comme de la viscose (Charlotte nécessite un tissu assez fluide) peut être une difficulté. Mais bon c’est en cousant qu’on s’améliore !

C’est modifié ?

Je n’ai apporté aucune modification au modèle. Néanmoins j’aurais dû raccourcir le haut et aussi la jupe. Ceci dit je trouvais sur les photos, l’avant assez court. Donc je ne savais pas trop de combien raccourcir et si devant et derrière ou uniquement derrière. Comme j’ai cousu la robe enceinte de 8 mois 1/2 autant dire que c’était compliqué d’essayer de voir ou allait m’arriver la robe !

Bref, si c’était à refaire je ferais soit la version allongée pour que l’arrière soit comme une robe longue. Soit raccourci un peu devant mais surtout derrière. Et je raccourcirais également le buste pour remonter la ligne de taille, trop basse pour moi.

Je suis ravie de ma robe et les températures estivales de septembre m’ont permis d’en profiter après la grossesse. Mais de toute évidence ce n’est pas la robe idéale pour s’occuper de sa fille durant son congé maternité ! J’ai donc hâte de ressortir ma robe Aldaïa qui sera la parfaite robe cache coeur pour cette période !

Les détails

Robe Givre – Deer and Doe

Givre modifiée pour la grossesse

L’envie, le besoin

Cela fait un moment que j’ai le patron Givre (version classique) de Deer and Doe mais je ne vous en ai jamais parlé par ici. En réalité ma première version ne m’a pas enthousiasmé… Tissu trop mou, encolure trop haute, empiècement pas flatteur… Ce patron est resté au fond de mon placard et je ne pensais pas vraiment le ressortir je l’avoue.

Puis la grossesse est arrivée… Et l’envie de coudre est partie avec ! Le corps qui change, la fatigue ont eu raison de mes envies couture. Malgré tout j’ai cherché dans mes patrons quelques idées de cousettes qui pourraient fonctionner et s’adapter pendant quelques mois. Et bien sûr Givre a pointé son nez parmi les heureux élus. Je vous ai déjà présenté également Clarisse et Eugénie que je porte toujours actuellement à la toute fin de mon 7° mois de grossesse.

Le patron

J’ai longtemps hésité à acheter la version spéciale maternité. Puis confinement oblige j’ai renoncé… Pas d’imprimante à disposition !

J’ai donc décidé de partir du patron de base et de me servir du tuto d’Ivanne Soufflet pour adapter un tee shirt en tee shirt de grossesse. Ce tuto est basé sur le patron du Trop Top mais il est tout à fait adaptable sur n’importe quel patron de tee shirt. Comme à son habitude Ivanne explique de façon claire les modifications à apporter. C’est ludique et ça permet de progresser.

C’est un regret de ma part je l’avoue. Je trouve que la version grossesse du patron Givre est vendue chère pour le peu de modifications qu’elle implique. Bien sûr cela représente du travail de patronage et tout ça…

Les modifications

Lire la suite

Robe Clarisse – Tissu Kakoun Gochi Fabrics

Comme un air de printemps…

Cet hiver je me suis aperçue que je portais beaucoup ma robe Clarisse, première version, et j’ai donc décidé d’en coudre une autre version dans ce très joli de Kakoun Gochi Fabrics.

Ma Clarisse 2.2

Le patron présente plusieurs versions et combinaisons différentes. Pour ma première robe j’avais choisi l‘encolure ronde avec les découpes princesse et des manches 3/4.

Je trouve malheureusement que les découpes princesse ne sont pas hyper flatteuses pour ma poitrine. Peut être parce que j’ai les seins plus bas que hauts (la gravité tout ça tout ça…) ? Je ne sais pas vraiment mais du coup j’ai décidé de choisir la version à pinces pour cette deuxième version. J’ai gardé l’encolure ronde que je trouve plutôt appropriée cette fois à ma poitrine plutôt « généreuse ». Et des manches courtes pour avoir une version plus printanière.

Le tissu Indigo Dreams, Kakoun Gochi fabrics

J’ai eu la chance d’être contactée par la créatrice des tissus Kakoun Gochi Fabrics qui m’a proposée de tester un des tissus de la nouvelle collection. J’ai choisi la viscose mousseline Indigo Dreams. Et oui, cet imprimé floral m’a complètement fait craquer (on ne se refait pas…).

La nouvelle collection est composée de 3 tissus, 2 sont des viscoses mousseline et 1 crêpe de viscose.

Lire la suite

Tilia dress – Slow Sunday Paris

La petite robe chasuble…

Le patron

Tilia est un patron de robe chasuble simple et épuré. Ses lignes sont plutôt amples ce qui permet de la porter avec un pull en dessous. Ce qui m’a plu c’est le décolleté à la fois devant et dans le dos.

Le patron est uniquement disponible en pochette et est épuisé sur le site de la marque. Pour ma part je l’ai racheté d’occasion à une Instagirl.

C’était la première fois que j’achetais un patron de cette marque. Il est vrai que celui-ci comporte peu de pièces, mais, je trouve qu’il est bien conçu, clair, des crans ou il faut.

Les explications sont détaillées, les schémas sont clairs… D’ailleurs, deux types de finitions sont proposées pour les manches et je trouve que c’est astuciauex. Cela permet aux couturières de choisir en fonction de leur niveau, ou comme pour moi, de leur tissu.

Bref aucune critique à faire.

Lire la suite

Reeta shirt dress – Named clothing

Oh la jolie robe chemise !

Le choix du patron

En novembre j’ai été invitée à une crémaillère ou un thème vestimentaire m’était imposé =. Une chance pour moi, le thème que j’ai tiré au sort était plutôt facile pour moi à porter et à reporter « Bohème romantique ». J’ai pas mal d’éléments dans ce thème pour l’été mais moins pour l’hiver. J’ai donc décidé de me coudre une robe pour cet événement en sachant que j’allais pouvoir la reporter.

J’ai cherché une robe bohème et plusieurs ont retenues mon attention. Encore une fois j’ai failli craquer pour la robe Eugénie de Atelier Scämmit. Mais encore une fois j’ai résisté !

C’est finalement le patron de la robe chemise Reeta de Named qui a retenu mon attention.

Lire la suite

Robe Alina – Mouna Sew

Alina, la robe parfaitement simple et tellement efficace !

Après avoir envié les réalisations vues sur pas mal de comptes IG je me suis résolue à acheter le patron de la robe Alina lors d’une réduction sur le site de Mouna Sew.

Le patron

La robe Alina est une robe cintrée à la taille, avec une encolure assez haute et des petites manches. C’est un patron très féminin, la robe pour la version A est d’une simplicité déconcertante mais elle donne un effet WHAOU.

Lire la suite

Fringe dress v2 – Chalk and Notch

La robe pratique et confortable !

Depuis l’été dernier j’avais très envie de coudre à nouveau le patron Fringe dress de la marque indépendante Chalk and Notch. En effet, même si je trouve que le tissu de ma première version est un poil trop épais, pas assez fluide pour ce modèle, je me rends compte que je la porte énormément. Surtout le week-end car c’est une robe très confortable, facile à vivre.

J’ai donc sauté sur l’occasion quand Lise m’a dit qu’elle pensait coudre le patron bientôt. Et nous avons décidé de coudre chacune une version en parallèle. Vous pourrez donc retrouver sa version sur son blog !

Le patron

Quel plaisir j’ai pris à coudre ce patron ! Rempli de détails, de conseils et d’illustrations. Les pièces ont les repères nécessaires et les finitions sont indiquées dans le patron. Même si je ne suis pas une couturière novice j’aime que tout cela soit clair dans le patron. Je pense que nous sommes beaucoup à coudre quelques minutes en rentrant du travail et la fatigue peut jouer de vilains tours… Ne me dites pas que je suis la seule à déjà avoir cousu deux pièces à l’envers ou à avoir surjeté le mauvais côté !? Bref, j’apprécie dans ces cas quand le patron me guide bien. Même avec ça les étourderies sont parfois au rdv !

Je sais que la langue est un frein pour beaucoup d’entre vous mais je recommande quand même ce patron aux débutantes. Si l’anglais ne vous fait pas peur, foncez pour la clarté des explications de ce patron qui présente plusieurs variations.

Le dessin technique du patron

Le patron propose deux encolures différentes ainsi que deux options de manches. Vous pouvez choisir ou non d’insérer des liens pour l’attacher dans le dos. Et vous pouvez choisir de le réaliser en longueur blouse ou en robe.

Lire la suite

Cours de patronage – coudre ma robe de mariage civil acte final

Je vous ai parlé il y a quelques semaines des cours de patronage que j’ai suivi dans l’optique de coudre ma robe de mariage civil. Je voudrais aujourd’hui revenir sur la robe finale pour vous présenter les dernières modifications apportées. Mais aussi pour vous présenter le résultat final même si vous l’avez déjà vu sur Instagram

Le projet

Pour rappel si vous n’avez pas suivi, j’ai suivi trois cours de 2 heures ou nous avons dessiné et construit le patron d’une robe à partir d’une photo d’un modèle existant.

Le modèle de la robe de Laure de Sagazan dont nous sommes partis

Et le dos avec sa dentelle et la jupe boutonnée

Il s’agit donc d’une robe totalement dans mes habitudes vestimentaires avec :

  • un haut cintré
  • une taille marquée
  • une jupe à plis
  • des petites manches

Bref tout ce que j’aime ! Avec en plus un jolis dos et le détail de la patte de boutonnage dans le dos de la jupe qui apporte une belle finition.

Le process

Si vous voulez suivre le cheminement qui m’a permis d’en arriver à la toile suivante alors vous pouvez aller lire mon article sur le cours de patronage et la robe construite durant ce cours.

La toile de ma robe de mariage civil

Et le dos

Sur cette première version j’ai voulu conserver un dos facile à porter au quotidien. En effet je voulais pouvoir porter cette robe facilement. L’inconvénient c’est que je n’ai pas pu travailler le montage du dos et c’est clairement la partie qui m’a pris le plus de temps sur la robe finale.

Par rapport à la version initiale nous avons supprimé les poches et plus ajusté le buste.

Les tissus

Pour cette robe un peu exceptionnelle je souhaitais un tissu structuré. J’aime vraiment les sergés, les piqués de cotons, les jacquard… J’ai déniché cela chez Alice Boulay qui a des arrivages de tissus toujours très intéressants. Je trouve que ce site recèle des petites choses qu’on ne voit pas ailleurs !

J’ai donc choisi un tissu sergé en lin et soie chez Alice Boulay. Quand j’ai reçu le tissu j’ai été surprise par la nuance de blanc qui ne correspondait à aucune dentelle que j’avais en stock. J’ai donc analysé cela sur le site de Stragier qui met à disposition un nuancier de blanc qui est vraiment très utile ! De plus le tissu froisse énormément ce qui est quand même sacrément chiant au quotidien vu que je ne fais pas partie de la catégorie des gens dont le repassage serait un kiffe de la vie ! Je fais plutôt partie de la team « vivons d’amour et de fromage » !

Cela m’a permis de pouvoir filtrer les dentelles sur la nuance du blanc optique qui était la plus proche de mon sergé. J’ai commandé une magnifique bande de dentelle de Chantilly. Ce qui est chouette c’est que pour apporter quelques touches seulement de dentelle on peut ne commande qu’une faible quantité de dentelle et cela limite les coûts avec toutefois des matières nobles.

Quand le doute s’installe

Quand j’ai voulu me mettre à ma robe de mariage civil j’étais super confiante. Jusqu’au moment ou, je me suis dit que mon tissu de toile – un jacquard bien épais – et mon tissu final étaient quand même très différents…

J’ai été prise d’un gros doute, j’ai voulu changer de tissu. Bien sur je ne trouvais pas de tissus blanc plus épais dans la nuance qui serait allée avec ma dentelle que j’avais déjà achetée ! Du coup j’ai conservé mon sergé de lin et soie mais j’ai décidé de doubler entièrement le haut avec le même tissu puisque j’avais le métrage nécessaire.

La couture

La grosse différence entre ma toile et la version finale, hormis le tissu, c’est le dos.

L’empiècement dos

J’ai trouvé que c’était une bonne solution de doubler le haut car cela me permettait de prendre en sandwich mon empiècement dos en dentelle entre les deux épaisseurs, la robe et la doublure. J’ai également doublé la ceinture pour la fixer à l’intérieur à la main et prendre encore une fois en sandwich mon empiècement dos en dentelle. Sauf qu’en vrai je me suis un peu galérée. D’autant qu’au premier essayage j’ai réalisé que ça n’allait pas, la dentelle dans le dos retombais au niveaux des festons. J’ai essayé diverses tentatives pour la maintenir (comme mon ami le fabulon).

En même temps je réfléchissais au mariage qui approchait, au temps qui s’annonçait plutôt mauvais, et je me disais que je m’emballais un peu ! Du coup j’ai décidé de doubler la dentelle avec mon tissu de robe, cela me permettra également de la reporter plus facilement et plus souvent ce qui me semble important. Je n’avais pas envie d’une deuxième robe à usage unique…

Bref j’ai cousu un empiècement doublé avec les mêmes festons que la dentelle. J’ai ensuite fixé la dentelle à la main sur le haut et les côtés. Puis j’ai inséré mon empiècement dos entre ma robe et la doublure. J’ai tout cousu sur l’envers et quand j’ai retourné, le miracle s’était produit (mais je me suis fait quelques nœuds au cerveau !).

Le reste de la couture…

…s’est déroulé sans encombre puisque j’avais déjà validé toute cette partie avec la toile et qu’il n’y avait aucun soucis.

Sur le dos de la robe j’ai rajouté sur la fausse patte de boutonnage des perles que je n’avais pas mises sur la première version car le tissu était déjà épais, imprimé et assez sombre.

Ma robe de mariage civil en photos

Vous les avez déjà vues sur mon compte Instagram mais il était impensable pour moi de ne pas vous montrer ma robe ici. D’en laisser une trace ici dans ce blog qui suit ma vie couturesque !

La mariée arrive à la mairie, petit moment de stress car tout le monde me regarde…

On a dit oui !

La signature du registre…

Ma robe de mariage civil et le chino de Monsieur

Ici on voit un peu mieux l’ajustement du corsage, la ceinture et les plis du devant

Je ne sais pas si j’assume mes mollets mais je voulais vous montrer la fausse patte de boutonnage au dos de la jupe

L’empiècement dos en dentelle, finalement doublé

Le détail de la manche en dentelle de chantilly

Et pour finir, la beauté de mon bouquet de mariage civil…

En conclusion

J’ai adoré aller en cours de patronage et retrouver cette petite folie de s’aventurer dans une partie de la couture que je ne maîtrisais pas. Je regrette quand même d’avoir l’impression de ne pas être capable de pouvoir reproduire au moins en partie cela à la maison avec un nouveau projet.

Je regrette le choix de mon tissu qui est un peu trop léger, même si une fois doublé le haut rend vraiment très bien. Le bas de la robe reste un peu trop léger, l’effet aurait été tout à fait différent avec un tissu plus lourd.

Je suis ravie du compromis que j’ai trouvé dans le faire et ne pas faire pour le mariage. Je ne regrette pas une seule seconde de ne pas avoir cousu la robe du grand jour tellement nous étions faites l’une pour l’autre. Oui, au moins tout ça ! Du coup coudre ma robe de mariage civil, mon kimono en soie, les noeuds papillon de monsieur, des témoins, les accessoires des enfants d’honneur… a été un réel plaisir ! J’ai hâte de vous montrer tout ça…

Les détails

 

Robe Magnolia version bohème – Deer and Doe

Comme je vous en avais parlé, en 2018 j’ai été contacté par la boutique Tissus Telaio pour une collaboration et j’avais choisi cette magnifique résille brodée ainsi qu’un voile de coton noir pour la doubler.

Résille brodée – Tissus Telaio

L’inspiration

Comme vous le savez certainement je me marie (dans deux mois ahhhhh) et à force de regarder les robes de mariées je suis tombée sur une créatrice allemande, Puyan Saheb, dont les robes sont complètement magiques.

LA robe de la créatrice allemande qui m’a fait rêver et inspirée

J’ai longtemps réfléchi au patron qui serait le plus adapté à mon envie et je vous avais d’ailleurs demandé votre avis dans ce post… Vous aviez pour la grande majorité choisi la robe Magnolia de Deer and Doe. Et il faut avouer que c’est également le modèle que j’avais en tête.

J’ai beaucoup hésité avec le patron de la robe Trésor de My Super Bison mais j’avais lu plusieurs retours sur des problèmes pour ajuster le décolleté (sur la version hiver). Comme j’avais déjà cousu récemment une version de Magnolia cela représentait à la fois à la fois un gain de temps mais aussi la rentabilisation du patron…

Le point positif du patron de la robe Trésor, c’est la jupe dont les pans sont horizontaux et non pas verticaux pour Magnolia. Cela m’aurait permis un super effet visuel je pense avec la résille.

Le tissu

Le tissu principal de la robe étant une résille brodée transparente il était indispensable d’avoir une doublure. Pour conserver la fluidité de la résille j’ai choisi un voile de coton. Je l’ai déjà dit dans l’article ou j’ai présenté les tissus reçus de Tissus Telaio, mais la qualité du voile de coton et de la résille est vraiment magnifique. Le voile de coton est d’une douceur absolue. Pour une doublure c’est vraiment agréable.

Ce qui m’inquiétait un peu c’était de travailler la résille. Finalement avec un peu de patience et d’application tout s’est bien passé. Voici quelques points d’attention à retenir dans ce type de situation : Lire la suite