2 pièces, 3 tenues et plus encore !

Coudre une tenue spéciale pour une occasion spéciale c’est chouette, pouvoir la reporter facilement c’est encore mieux !

Aujourd’hui je vous propose un article un peu différent ! Je vais vous présenter la tenue cousue pour le mariage de mon cousin. Rien d’extraordinaire sur le choix de la tenue, j’ai choisi 2 pièces que j’avais déjà cousues et déjà portées ensemble. Mais je veux vous montrer à quel point le tissu choisi change le rendu d’une tenue ! Et surtout, vous montrer comment détourner ma tenue de mariage chic en tenue plus cool.

Présentation de la tenue

J’ai pensé la tenue en fonction du tissu que j’avais acheté un an auparavant chez Mondial Tissus et sur lequel j’avais flashé. C’est un jacquard rouge et blanc, avec des rayures et des fleurs. Tout en discrétion quoi !

Cette beauté de jacquard…

L’été dernier je n’ai pas osé le couper de peur de me tromper dans le projet. J’ai donc pas mal réfléchi avant de le couper cette année. J’ai hésité entre une robe Toupie et un ensemble jupe taille haute + crop top. Je je suis finalement restée sur mon idée de base…

Comme j’ai déjà une robe Toupie en jacquard j’ai opté pour l’autre solution. Et si vous avez vu mes derniers articles vous n’aurez pas loupé la présentation du Tate Top que je portais avec ma jupe Chardon. Ce top était en fait la toile de cette version prévue en jacquard.

Les patrons

Comme je vous ai déjà présenté ces deux patrons je ne vous donne pas les détails ici mais vous pouvez retrouver mes avis dans les articles d’origine :

Mon test de l’association Tate top et jupe Chardon

Les looks

J’adore me coudre une belle tenue pour une occasion particulière mais j’essaie de choisir un modèle que je vais pouvoir porter également en d’autres occasions. Le plus avec l’association jupe + top c’est qu’on peut les porter aussi de façon dissociée.

Lire la suite

Les loupés : de l’importance de choisir le bon tissu

Quincy détails
Ma robe Quincy pleine de jolis détails comme le lien en liberty et ces jolis boutons…

Aujourd’hui je le crie haut et fort, oui on a toutes des loupés en couture ! Ce n’est pas parce qu’on ne voit que les jolies photos sur IG qu’il faut croire que tout ce qu’on touche se transforme en or !

Les loupés en couture

Pour moi il y a plusieurs catégories de loupés possibles :

  • le plus courant est certainement un mauvais choix de patron par rapport à sa morphologie, la pièce cousue ne met pas en valeur
  • quoique le mauvais choix de tissu par rapport ou patron est aussi quelque chose qui me bloque souvent dans des projets , le tissu n’est pas assez fluide ou alors trop par rapport à ce que nécessite le patron
  • ou comme ici, mauvais choix de couleur du tissu, la couleur ne met pas en valeur la personne qui le porte…
  • enfin, le mauvais choix de taille

Aujourd’hui je voudrais vous parler de la catégorie mauvais choix de couleur du tissu…

Lire la suite

Fern shorts – Afternoon

Fern, à la recherche du short parfait

Je ne porte pas beaucoup de shorts. Tout d’abord je trouve ça assez difficile à assumer au travail. Et l’été ne dure pas assez longtemps pour que j’ai une armoire remplie de shorts ! D’autant que si je porte des shorts, je ne peux pas porter de robes mouahahah !

Je ne porte pas beaucoup de shorts. Tout d’abord je trouve ça assez difficile à assumer au travail. Et l’été ne dure pas assez longtemps pour que j’ai une armoire remplie de shorts ! D’autant que si je porte des shorts, je ne peux pas porter de robes mouahahah !

Bref j’avais envie d’un short depuis longtemps mais plus habillé que mon short en jean qui est mon fidèle compagnon tous les étés depuis plusieurs années. J’avais cousu il y a plusieurs étés un short Manège de Aime comme Marie. Et j’avais été moyennement convaincue sur les tailles car très grand. Au détour d’Instagram je suis tombée sur un post avec un short que j’ai adoré, le modèle Fern shorts de Afternoon.

Le patron : Fern shorts

Le patron est réalisé par la marque indépendante Afternoon basée à Cape Town en Afrique du Sud. Les patrons sont en anglais et disponibles en papier et en PDF.

Le dessin technique du Fern shorts

C’est un patron de short à inspiration vintage, taille haute. Il a une ceinture, des poches, des plis et un revers aux jambes. Le prix du patron est d’environ 8€ en PDF avec le taux de change actuel.

Petit bémol sur les tailles qui commencent avec la taille A pour des mensurations 89 / 68 /95. Et donc c’est déjà trop grand pour moi… Mais comme ma taille est 66 / 67 je pensais que ce serait ok pour moi, mais vous verrez par la suite que finalement ma conclusion était un peu hâtive !

Lire la suite

Fringe dress v2 – Chalk and Notch

La robe pratique et confortable !

Depuis l’été dernier j’avais très envie de coudre à nouveau le patron Fringe dress de la marque indépendante Chalk and Notch. En effet, même si je trouve que le tissu de ma première version est un poil trop épais, pas assez fluide pour ce modèle, je me rends compte que je la porte énormément. Surtout le week-end car c’est une robe très confortable, facile à vivre.

J’ai donc sauté sur l’occasion quand Lise m’a dit qu’elle pensait coudre le patron bientôt. Et nous avons décidé de coudre chacune une version en parallèle. Vous pourrez donc retrouver sa version sur son blog !

Le patron

Quel plaisir j’ai pris à coudre ce patron ! Rempli de détails, de conseils et d’illustrations. Les pièces ont les repères nécessaires et les finitions sont indiquées dans le patron. Même si je ne suis pas une couturière novice j’aime que tout cela soit clair dans le patron. Je pense que nous sommes beaucoup à coudre quelques minutes en rentrant du travail et la fatigue peut jouer de vilains tours… Ne me dites pas que je suis la seule à déjà avoir cousu deux pièces à l’envers ou à avoir surjeté le mauvais côté !? Bref, j’apprécie dans ces cas quand le patron me guide bien. Même avec ça les étourderies sont parfois au rdv !

Je sais que la langue est un frein pour beaucoup d’entre vous mais je recommande quand même ce patron aux débutantes. Si l’anglais ne vous fait pas peur, foncez pour la clarté des explications de ce patron qui présente plusieurs variations.

Le dessin technique du patron

Le patron propose deux encolures différentes ainsi que deux options de manches. Vous pouvez choisir ou non d’insérer des liens pour l’attacher dans le dos. Et vous pouvez choisir de le réaliser en longueur blouse ou en robe.

Lire la suite

Tate Top – Workroom Social

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas cousu un haut et j’avoue que ce type de modèles hyper faciles à coudre comme le Tate Top délivre une certaine autosatisfaction de par sa rapidité et sa simplicité à coudre.

L’idée

A la base j’avais envie de tester un modèle de crop top pour pouvoir coudre un ensemble jupe / crop top avec un jacquard que j’ai acheté l’été dernier chez Mondial Tissus et pour lequel je ne trouvais de modèle de robe qui me plaisait.

jacquard mondial tissus
Mon précieux coupon de jacquard acheté sur un coup de cœur chez Mondial Tissus

J’ai choisi de coudre une toile avec un tissu depuis très longtemps dans mon stock pour pouvoir la porter avec ma jupe Chardon cousue l’an dernier et mes pantalons taille haute.

jupe chardon en chambray
Ma jupe Chardon cousue l’été dernier

Comme je suis petite et que j’ai la taille marquée je favorise les robes et les jupes avec la taille marquée. Mais ce n’est pas toujours facile de trouver des hauts qui vont bien avec les jupes et pantalons taille haute. Le crop top c’est la bonne alternative au débardeur loose porté à l’intérieur.

Le patron du Tate top

Tout d’abord il faut souligner que c’est un patron gratuit. Il est disponible sur le site de Workroom Social en entrant son nom et son adresse mail. 

Lire la suite

Le plus beau jour de notre vie, nos tenues de mariage !

Ça ne vous aura certainement pas échappé, je suis mariée ! Yihaaaaa

Cet événement m’aura tenu un peu éloignée du blog et aussi d’Instagram mais je dois l’avouer, pour mon plus grand bonheur ! Vous ne le savez peut être pas mais avant que la couture ne devienne une passion capable de canaliser une bonne partie de mon énergie créative, j’ai eu pas mal de loisirs…

Donc forcément, dès que nous avons commencé à planifier le mariage, je n’ai eu aucun doute sur mon envie de tout faire (ou presque) moi même… Et je pense que l’Homme l’avait bien compris ! Pendant des semaines, ok je mens, des mois, j’ai passé des heures à regarder Pinterest et Instagram ; à imaginer la décoration, le déroulement de la journée, de la cérémonie ; et bien sûr nos tenues !

Petite parenthèse – Je fais ou je fais pas – ma robe ?

Je couds ou je couds pas ma robe ?

Je vous ai déjà exposé ici les raisons pour lesquelles j’ai décidé de ne pas coudre ma robe de mariée. Si cette décision a été difficile à accepter, elle s’est imposée à moi. Et si je suis honnête avec vous, aujourd’hui j’ai assez de recul pour vous dire que ce qui m’a longtemps fait hésiter c’est la fierté ! Sans aucune vantardise, je pense réellement que j’étais capable de coudre ma robe de mariée. J’aurais bien entendu adapté ma robe à mes capacités… Mais j’ai vu le doute dans les commentaires de mes proches et j’avais envie de prouver que j’en étais capable. A force d’entendre « Tu vas coudre ta robe ? » à tout va, je me suis confortée dans l’idée que j’allais le faire pour pouvoir répondre oui. Au départ il est clair que j’en avais envie. Ensuite je me suis sentie entraînée dans une sorte de gloubiboulga de « je veux montrer que je peux le faire » « je veux faire partie de ces instagrameuses qui cousent leur robe » et « j’ai réellement envie de le faire ». Difficile de démêler tout ça !

Mais comme je vous l’ai déjà dit,  lorsque j’ai essayé ma robe, j’ai tout de suite compris que si je voulais la coudre, je voulais coudre celle là ! A partir de là, la question a été vite réglée…

Ma robe

Pour la robe de ma vie  je n’étais pas fermée sur la forme. J’avais par contre en tête certains éléments, je voulais une taille marquée, un décolleté devant et des petites manches ou des manchons. J’ai essayé des robes sirène, princesse, bustier, etc. J’ai été déçue par les matières, ou par les prix… Par les tailles aussi ! Et puis, lors de ma deuxième journée d’essayages, la 7° boutique et la dernière programmée, j’ai  rencontré Pauline. Elle officie dans la boutique Elsa Gary de Lyon et m’a fait essayé en premier un de mes coups de cœur de la collection 2018, la robe Zélie. Tout de suite et avant même de me voir je me suis sentie à l’aise ! Et, quand je me suis regardée, je me suis trouvée jolie…

Lire la suite

Cours de patronage – coudre ma robe de mariage civil acte final

Je vous ai parlé il y a quelques semaines des cours de patronage que j’ai suivi dans l’optique de coudre ma robe de mariage civil. Je voudrais aujourd’hui revenir sur la robe finale pour vous présenter les dernières modifications apportées. Mais aussi pour vous présenter le résultat final même si vous l’avez déjà vu sur Instagram

Le projet

Pour rappel si vous n’avez pas suivi, j’ai suivi trois cours de 2 heures ou nous avons dessiné et construit le patron d’une robe à partir d’une photo d’un modèle existant.

Le modèle de la robe de Laure de Sagazan dont nous sommes partis

Et le dos avec sa dentelle et la jupe boutonnée

Il s’agit donc d’une robe totalement dans mes habitudes vestimentaires avec :

  • un haut cintré
  • une taille marquée
  • une jupe à plis
  • des petites manches

Bref tout ce que j’aime ! Avec en plus un jolis dos et le détail de la patte de boutonnage dans le dos de la jupe qui apporte une belle finition.

Le process

Si vous voulez suivre le cheminement qui m’a permis d’en arriver à la toile suivante alors vous pouvez aller lire mon article sur le cours de patronage et la robe construite durant ce cours.

La toile de ma robe de mariage civil

Et le dos

Sur cette première version j’ai voulu conserver un dos facile à porter au quotidien. En effet je voulais pouvoir porter cette robe facilement. L’inconvénient c’est que je n’ai pas pu travailler le montage du dos et c’est clairement la partie qui m’a pris le plus de temps sur la robe finale.

Par rapport à la version initiale nous avons supprimé les poches et plus ajusté le buste.

Les tissus

Pour cette robe un peu exceptionnelle je souhaitais un tissu structuré. J’aime vraiment les sergés, les piqués de cotons, les jacquard… J’ai déniché cela chez Alice Boulay qui a des arrivages de tissus toujours très intéressants. Je trouve que ce site recèle des petites choses qu’on ne voit pas ailleurs !

J’ai donc choisi un tissu sergé en lin et soie chez Alice Boulay. Quand j’ai reçu le tissu j’ai été surprise par la nuance de blanc qui ne correspondait à aucune dentelle que j’avais en stock. J’ai donc analysé cela sur le site de Stragier qui met à disposition un nuancier de blanc qui est vraiment très utile ! De plus le tissu froisse énormément ce qui est quand même sacrément chiant au quotidien vu que je ne fais pas partie de la catégorie des gens dont le repassage serait un kiffe de la vie ! Je fais plutôt partie de la team « vivons d’amour et de fromage » !

Cela m’a permis de pouvoir filtrer les dentelles sur la nuance du blanc optique qui était la plus proche de mon sergé. J’ai commandé une magnifique bande de dentelle de Chantilly. Ce qui est chouette c’est que pour apporter quelques touches seulement de dentelle on peut ne commande qu’une faible quantité de dentelle et cela limite les coûts avec toutefois des matières nobles.

Quand le doute s’installe

Quand j’ai voulu me mettre à ma robe de mariage civil j’étais super confiante. Jusqu’au moment ou, je me suis dit que mon tissu de toile – un jacquard bien épais – et mon tissu final étaient quand même très différents…

J’ai été prise d’un gros doute, j’ai voulu changer de tissu. Bien sur je ne trouvais pas de tissus blanc plus épais dans la nuance qui serait allée avec ma dentelle que j’avais déjà achetée ! Du coup j’ai conservé mon sergé de lin et soie mais j’ai décidé de doubler entièrement le haut avec le même tissu puisque j’avais le métrage nécessaire.

La couture

La grosse différence entre ma toile et la version finale, hormis le tissu, c’est le dos.

L’empiècement dos

J’ai trouvé que c’était une bonne solution de doubler le haut car cela me permettait de prendre en sandwich mon empiècement dos en dentelle entre les deux épaisseurs, la robe et la doublure. J’ai également doublé la ceinture pour la fixer à l’intérieur à la main et prendre encore une fois en sandwich mon empiècement dos en dentelle. Sauf qu’en vrai je me suis un peu galérée. D’autant qu’au premier essayage j’ai réalisé que ça n’allait pas, la dentelle dans le dos retombais au niveaux des festons. J’ai essayé diverses tentatives pour la maintenir (comme mon ami le fabulon).

En même temps je réfléchissais au mariage qui approchait, au temps qui s’annonçait plutôt mauvais, et je me disais que je m’emballais un peu ! Du coup j’ai décidé de doubler la dentelle avec mon tissu de robe, cela me permettra également de la reporter plus facilement et plus souvent ce qui me semble important. Je n’avais pas envie d’une deuxième robe à usage unique…

Bref j’ai cousu un empiècement doublé avec les mêmes festons que la dentelle. J’ai ensuite fixé la dentelle à la main sur le haut et les côtés. Puis j’ai inséré mon empiècement dos entre ma robe et la doublure. J’ai tout cousu sur l’envers et quand j’ai retourné, le miracle s’était produit (mais je me suis fait quelques nœuds au cerveau !).

Le reste de la couture…

…s’est déroulé sans encombre puisque j’avais déjà validé toute cette partie avec la toile et qu’il n’y avait aucun soucis.

Sur le dos de la robe j’ai rajouté sur la fausse patte de boutonnage des perles que je n’avais pas mises sur la première version car le tissu était déjà épais, imprimé et assez sombre.

Ma robe de mariage civil en photos

Vous les avez déjà vues sur mon compte Instagram mais il était impensable pour moi de ne pas vous montrer ma robe ici. D’en laisser une trace ici dans ce blog qui suit ma vie couturesque !

La mariée arrive à la mairie, petit moment de stress car tout le monde me regarde…

On a dit oui !

La signature du registre…

Ma robe de mariage civil et le chino de Monsieur

Ici on voit un peu mieux l’ajustement du corsage, la ceinture et les plis du devant

Je ne sais pas si j’assume mes mollets mais je voulais vous montrer la fausse patte de boutonnage au dos de la jupe

L’empiècement dos en dentelle, finalement doublé

Le détail de la manche en dentelle de chantilly

Et pour finir, la beauté de mon bouquet de mariage civil…

En conclusion

J’ai adoré aller en cours de patronage et retrouver cette petite folie de s’aventurer dans une partie de la couture que je ne maîtrisais pas. Je regrette quand même d’avoir l’impression de ne pas être capable de pouvoir reproduire au moins en partie cela à la maison avec un nouveau projet.

Je regrette le choix de mon tissu qui est un peu trop léger, même si une fois doublé le haut rend vraiment très bien. Le bas de la robe reste un peu trop léger, l’effet aurait été tout à fait différent avec un tissu plus lourd.

Je suis ravie du compromis que j’ai trouvé dans le faire et ne pas faire pour le mariage. Je ne regrette pas une seule seconde de ne pas avoir cousu la robe du grand jour tellement nous étions faites l’une pour l’autre. Oui, au moins tout ça ! Du coup coudre ma robe de mariage civil, mon kimono en soie, les noeuds papillon de monsieur, des témoins, les accessoires des enfants d’honneur… a été un réel plaisir ! J’ai hâte de vous montrer tout ça…

Les détails

 

Suki Kimono – Helen’s closet

Voilà un projet que j’avais en tête pour l’année 2018 et qui a finalement été reporté dans mon #makenine2019, un kimono pour la maison.

Le constat

Force est de constater que les cousettes les plus rentabilisées sont celles des vêtements d’intérieur comme les pyjamas ou les vêtements pratiques et confortables comme les tee-shirts. A partir de cette réflexion, et vu la tête des mes robes de chambre qui sont des cadeaux « goodies » reçus dans des commandes de je ne sais plus quels produits, il paraissait évident de me coudre un vêtement d’intérieur.

Le patron

J’ai choisi le patron du kimono Suki car j’aime sa forme simple et l’empiècement du col. J’ai aussi trouvé le potentiel de ce patron comme une base intéressante pour d’autres projets comme une veste courte que j’ai vue sur les réseaux sociaux à partir de ce patron.

Le patron de décline en deux longueurs, en dessous du genou, et milieu du mollet.

Les explications sont claires, accompagnées d’illustrations qui aident beaucoup vu que c’est en anglais.

Les parties techniques sont à mon avis, la couture de tissus plutôt fins et fuyants selon votre choix. L’empiècement du col au niveau des coins de l’empiècement avec le reste du vêtement. Pour cette partie, ainsi que pour les bracelets de manche, le patron propose deux options avec un niveau de difficulté différent selon les finitions que vous souhaitez obtenir. Pour ma part et étant donné que j’ai choisi de coudre ma première version dans de la soie, j’ai décidé de choisir les options les plus simples !

Le tissu

Lire la suite

Brumby skirt – Megan Nielsen patterns

Aujourd’hui je partage avec vous la revue du patron de la jupe Brumby de Megan Nielsen qui a remporté le battle des jupes…

J’ai imaginé cette jupe comme un ensemble avec le top Ogden Cami que j’ai cousu en proviscose Pretty Mercerie pour porter avec. Pour compléter cette tenue j’ai également cousu un « sur-top » en guipure. En effet les températures ne permettent pas de porter le petit top Ogden Cami tous les jours sans attraper une pneumonie.

Le patron

Brumby est une jupe froncée, cintrée et qui repose sur la taille naturelle. Elle est proposée en trois versions avec des longueurs différentes et des poches. La fermeture éclair est montée de façon à être visible.

Selon le tissu et la version utilisées on peut obtenir un résultat très différent. C’est donc pour un moi un bon basique à avoir dans sa patronthèque. Je pense que je ferais à nouveau ce patron en version plus longue, et aussi en version courte en jean !

Les explications

Je sais que ça en décourage beaucoup d’entre vous, le patron est en anglais. Mais les instructions sont très claires et bien imagées.

J’apprécie particulièrement que les mesures du vêtement fini soient données. Et le petit plus également, le métrage de tissu nécessaire indiqué selon les versions et la taille cousue.

La couture

Je n’ai rencontré absolument aucun problème pour coudre la jupe.

J’ai choisi de modifier la fermeture éclair et de poser une invisible. Je ne peux donc pas juger les explications à ce sujet mais j’avoue que je ne suis pas une grande fan de ce genre de montages donc je pense que je modifierais cela sur d’autres versions, sauf peut être une version en jean.

D’ailleurs j’ai apprécié l’astuce de poser du thermocollant sur les paries de la jupe ou est cousue la fermeture éclair. C’est pourtant assez évident quand on y pense mais je ne l’avais jamais fait et je pense que la jupe y gagne en tenue et en durée de vie peut être.

Le tissu

J’ai choisi avec beaucoup d’application pour mon anniversaire un coupon chez Motif Personnel et mon cœur a balancé vers les viscoses  Liberty. La viscose est  fine, elle se coud très facilement, elle est douce et froisse moyennement. J’ai hâte de voir comment elle vieillit et j’espère qu’elle gardera ses couleurs vives et sa douceur !

Le résultat en images

Je vous propose tout de suite de voir le résultat de cette tenue. Voici donc la jupe Brumby portée donc avec le top Ogden Cami troisième du nom. Je porte aussi mon canotier customisé avec les chutes de ce top !

Voilà ma jupe brumby dans ce magnifique liberty viscose

Le tissu est une merveille de légèreté, je sens que cette jupe va être ma compagne en cas de canicule !

Et le vent qui fait voler Brumby !

Je vous montre également une petite série de photos sur la plaza Mayor à Palma

Je porte ma jupe avec untel shirt blanc simple et léger pour me protéger au maximum du soleil…

Dernier point, le tissu est vraiment chouette car il ne se froisse pas énormément et j’ai du mal à trouver des viscoses d’une telle légèreté qui tiennent aussi bien sans un milliard de plis !

 

Détails :

 

Astuces couture : monter une manche et faire de jolies fronces

Cette semaine on continue la série des astuces couture avec deux sujets incontournables dès que l’on commence à coudre régulièrement et qui sont revenus souvent dans vos réponses, monter une manche et faire des fronces.

Pour moi ces deux sujets sont étroitement reliés tout simplement parce que pour monter une manche avec de l’embus il faut utiliser la technique des fronces !

Les fronces

Que ce soit pour monter une manche ou pour froncer un vêtement, la technique reste la même.

  • On utilise sa machine en la réglant sur un point long (j’utilise un point 5.0). Le point long permet de pouvoir faire coulisser le tissu plus facilement sans l’abîmer.
  • On coud en laissant du fil au début et à la fin de la couture pour pouvoir tirer dessus et que les points ne se défassent pas. Attention pas de nœud ou de points arrière sinon on ne pourra pas ensuite réaliser les fronces.
  • On peut aussi diminuer la tension du fil de bobine.
  • On coud dans la marge de couture mais assez prés de la couture pour que les fronces soient bien placées par rapport à la couture que l’on va réaliser ensuite.
  • Quand j’ai commencé à coudre je ne faisais qu’un fil de fronce mais maintenant j’en réalise toujours deux. La deuxième couture est parallèle à la première et à quelques millimètres de celle-ci. Ensuite lorsque l’on tire sur un bout du fil de fronce de la couture, il est beaucoup plus facile de bien répartir les fronces avec deux lignes.
  • Une fois qu’on a assemblé les deux tissus (en général, un froncé et un autre tissu non froncé) on peut retirer les fils provisoires de fronces. La couture avec un point long permet de retirer ces fils assez facilement. .

D’autres techniques pour réaliser des fronces :

Je vous signale qu’il existe d’autres techniques dont notamment : Lire la suite