Juniper cardigan – Jennifer Lauren Handmade

Introduction

Aujourd’hui, changement de plume momentané. J’ai invité mon acolyte couturesque Lise sur le blog. Tout comme moi avec la robe Mayberry, elle a participé à la review d’un patron de Jennifer Lauren Handmade. Il s’agit du Juniper cardigan. N’ayant pas de blog je l’ai donc invitée à présenter sa review ici ! Sous les applaudissements, place aux mots de Lise.

Bien le bonjour ! Je m’inscruste aujourd’hui dans l’atelier de Aude pour une revue du patron du gilet Juniper, de Jennifer Lauren Handmade. Il y a quelques mois, j’ai eu le plaisir d’être retenue pour faire partie des revieweuses, et Aude m’a très généreusement invitée chez elle pour étendre ma review au-delà d’instagram ou Thread and needles !  On peut donc dire que je suis une sorte de bernard l’hermite de la couture…

Le modèle

C’est un gilet avec des manches marteau (un nom bien vilain pour un si joli détail) qui permettent de jouer sur les contrastes de tissu pour mettre en valeur les découpes des épaules. Il se présente sous une version cropped, parfaite pour l’associer à une jupe ou une robe à la taille marquée, ou une version longue. Il est aussi possible de jouer sur la longueur des manches et le type de boutonnage.

Les deux versions du Juniper cardigan

Le patron

Il s’agit d’un patron pdf, disponible en format A4 et A0.

O Joie et félicité, le pdf est hyper facile à assembler ! Jennifer nous prend par la main et on sait directement quelles pages imprimer selon la version choisie (heureusement car il fait 51 pages, en raison des options et de la taille des pièces). On y va presque en sifflotant, car la disposition des pièces est étudiée pour ne pas avoir à imprimer trop de pages par pièce.

Les différentes infos (tailles, marges, type d’entoilage, plan de coupe…) sont faciles à trouver et il y a toujours un petit détail intéressant. Du genre : le poids et la composition des tissus utilisés pour les modèles de démonstration. Les marges de couture sont comprises et font 1 cm. Cela permet d’avoir un peu de mou si besoin d’ajustements, mais aussi de l’assembler facilement à la surjeteuse si vous êtes plutôt du genre « on ne  vit qu’une fois ».

Le choix de la taille

Le tableau des tailles est disponible en cm et en pouces. Celles qui connaissent les tableaux de chez Grainline comprendront que ce n’est pas un détail !. Les mesures du vêtement fini sont données, et pas qu’un peu !

Tableau des tailles du Juniper cardigan

Tableau des tailles étendu

Comme je suis tout pile entre les tailles 6 et 8, et que mon tissu était à peine assez élastique (il faut un tissu avec minimum 30% d’élasticité), j’ai préféré assurer le coup en optant pour la taille 8.

A noter que, contrairement aux patrons les plus récents, Juniper n’est pas décliné pour différentes tailles de bonnet.

Le choix du tissu

Les instructions donnent plein d’infos sur la nature du tissu à utiliser, son poids, son élasticité… J’avais envie d’utiliser un jersey de laine gris clair, mais je le cherche encore !

J’ai fini par céder à l’appel des sirènes (a.k.a les ventes privées The Sweet Mercerie) et acheter un jersey côtelé noir avec un fil de lurex. Donc rien à voir avec mon idée de départ. Ni avec mes goûts habituels non plus, étant donné que j’évite les paillettes de peur de virer à la mamie cannoise.

Pour avoir plus de tenue, la bande de boutonnage est entoilée. Pour le coup, je n’y suis pas allée de main morte et la mienne est limite cartonnée. Que voulez-vous, depuis que je me suis retrouvée boudinée dans un gilet avec les boutons qui menacent de foutre le camp à chaque inspiration, je me méfie… (eh bien j’aurais mieux fait de suivre les conseils du patron).

La réalisation

Ah ces instructions ! La première fois que je les ai lues, j’avais 2 picon-bière dans le buffet et pourtant j’ai tout compris, c’est dire (et même si je n’avais plus réussi à suivre les lignes, je pouvais toujours compter sur les schémas détaillés).

Malgré tout ça, j’ai fait ma timorée et il m’a fallu quelques semaines avant de couper mon tissu et l’assembler. Tout simplement à cause de la forme inhabituelle des pièces et du nombre de crans à reporter. Alors que c’est justement ce qui fait toute la facilité de montage (merci à Tassadit de m’avoir déniaisée à ce sujet) : tous les repères concordent, et à moins de le faire exprès il y a peu de risques de devoir sortir le découd-vite.

Note

A toutes fins utiles, je précise qu’un sew along est disponible sur le blog de Jennifer Lauren. Si j’avais été un peu moins cruche je l’aurais bien utilisé. Mais je n’ai pensé à vérifier qu’en rédigeant cet article #çametdutempsamonteraucerveau

On commence par l’assemblage des manches aux demi-devants et au dos. Etant donnée la forme des têtes de manches, j’ai évité de la jouer kamikaze et je les ai assemblées à la machine avec un point élastique. Puis j’ai surjeté les marges ensemble, et ajouté un ruban pour stabiliser les épaules (tout ça est expliqué dans le patron). Ensuite on passe aux coutures de côté, puis à la bande du bas, et à l’encolure. Enfin, il ne reste plus que les bracelets de manche, et avant qu’on s’en soit rendu compte, il est temps de passer aux boutonnières.

J’ai étrenné les boutonnières pour tissu élastique de ma machine ; même après un an d’utilisation je m’extasie toujours devant le petit ballet de l’aiguille qui brode. J’étais tellement hypnotisée que je n’ai pas vu que mon bouton avait sauté du pied et la 2ème boutonnière est trop petite pour faire passer le bouton  J’ai dû l’agrandir à la hussarde et j’ai un doute sur sa tenue dans le temps.

Seules l’encolure et la bande de boutonnage sont censées être surpiquées. Mais j’ai préféré fixer aussi les marges de couture des emmanchures et de la bande du bas car ces fourbasses rebiquaient dans tous les sens. La faute à mon tissu un poil rigide, je soupçonne le lurex d’y être pour quelque chose.

Ma conclusion

Malgré ces petites mésaventures, je suis convaincue du potentiel de ce gilet ! Je trouve qu’il est le complément idéal au gilet Cannelle. J’imagine qu’il n’y a pas besoin de le présenter, Aude a déjà fait un teasing de fou en partageant ses différentes versions ici même !

Je retiens juste que pour le prochain, en utilisant un tissu avec le taux d’élasticité requis, je pourrai descendre d’une taille car

  • je trouve les manches un peu lâches (mais mes biceps ne sont pas particulièrement hypertrophiés)
  • ma carrure de déménageur passe à l’aise, grâce à la construction des épaules. Pour info, j’ai l’habitude d’élargir les épaules de 1.5-2 cm.

Et maintenant place aux photos

Juniper en balade…

Juniper cardigan

Le cardigan vu de dos

 

Je tire maintenant ma révérence, merci Aude pour ton hospitalité !!

3 réflexions sur “Juniper cardigan – Jennifer Lauren Handmade

  1. Anne dit :

    super j’aime beaucoup cette version , je suis à nouveau tres tentée , l’anglais m’arrête , c’est un peu bête il me semble car rien que le sew along avec ttes les photos est plutôt clair on rajoute traduction Google et on est carrément bon 🙂 , c’est clair que ce patron s’il avait ete en Français ça fait longtemps que j’aurais deja craquee ! bravo encore a vous !! Anne

    • Aude dit :

      Bonjour Anne, pour ma part je n’ai pas cousu Juniper c’est donc Lise. Mais pour Mayberry l’anglais ne m’a vraiment pas posé de soucis. J’ai posé la question à la créatrice de traduire ses patrons en français mais cela représente beaucoup de travail…

    • Lise dit :

      Merci beaucoup Anne! Je vais voir si jamais la créatrice prévoit de traduire les instructions (Ça ne me déplairait pas de le faire!). Si vous avez déjà cousu de vetements en jersey ce n’est pas insurmontable et la communauté couture sera là pour vous aider, y compris moi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *