Pattern Review : robe Mayberry – Jennifer Lauren Handmade

Quel plaisir de clore l’année 2017 avec ma première revue de patron sur la robe Mayberry de Jennifer Lauren Handmade.

Planche de la robe Mayberry – Jennifer Lauren Handmade

Le contexte

Il y a plusieurs mois cette créatrice à publié sur Instagram un appel aux couturières pour faire des revue de plusieurs de ses patrons au cours de l’année. Encore une fois c’est Lise qui m’a fait part de la nouvelle car je ne connaissais pas cette créatrice. J’ai donc investigué un peu son site et comme le style me correspondait assez je me suis inscrite sur la liste. En effet les pièces ont un petit air vintage mais tout en restant modernes.

Le fonctionnement

Chaque mois Jennifer envoie un mail aux inscrit(e)s pour présenter le patron qui sera à coudre et les intéressées répondent si elles souhaitent le coudre. Les premiers mois j’ai sagement passé mon tour car le patron n’était pas mon genre, puis une fois j’ai mis trop de temps à me décider (l’histoire de ma vie) et une autre ce n’était pas la bonne période j’avais beaucoup trop de projets…

Fin octobre, Jennifer a annoncé que le prochain patron serait la robe Mayberry. J’ai tout de suite été intéressée car c’est une robe qui a la taille marquée et c’est totalement ce que j’aime ! De plus comme vous le savez j’adore les robes, et paradoxalement je n’en ai cousu que peu à manches longues.

Enfin dans son mail Jennifer annonçait qu’elle donnait cette fois deux mois pour faire la pattern review à cause du manque de luminosité notamment qui rendait la tâche de faire de jolies photos un peu compliqué. Encore une bonne nouvelle pour moi surtout en cette période de fin d’année qui a été très chargée.

En retour du patron gratuit, Jennifer demande donc de coudre le patron, libre à nous de faire des toiles, etc. De faire de jolies photos, de publier sur les réseaux sociaux et notre blog un article sur le patron. Elle nous incite vraiment à être honnêtes et dire ce que l’on pense sans se sentir obligé d’encenser le patron parce qu’on l’a eu gratuitement. Bien entendu elle nous indique que si nous avons des critiques ou améliorations à proposer nous pouvons la contacter avant de publier pour lui faire part de nos remarques afin qu’elle puisse effectuer également des modifications de son côté si besoin.

La préparation

Réception du patron

J’ai donc reçu le 1° novembre le patron de la robe Mayberry par mail ainsi que son livret d’instructions.

Première bonne nouvelle, le PDF du patron m’a été envoyé à la fois en format A4 mais également en format A0. Je n’ai toujours pas trouvé de solution économiquement intéressante pour imprimer les patrons en A0 mais quoiqu’il en soit je trouve que c’est mieux quand les créateurs le prévoit.

J’ai donc commencé par analyser le livret d’instructions pour connaître les indispensables :

  • Métrage de tissu nécessaire et mercerie
  • Type de tissu à retenir pour le patron
  • Taille à coudre
  • Variations à choisir

Choix du tissu

J’ai choisi de partir sur une viscose car j’avais envie d’un côté fluide. J’ai longtemps hésité avec un coupon de flanelle de mon stock mais j’ai eu peur que l’effet visuel sur le haut de la robe. Il faut dire que je n’ai pas l’habitude de porter des robes avec un col très haut.

J’ai profité des jeudi à -20% chez Mondial Tissus pour acheter donc cette viscose esprit camouflage dans deux tons de bleu et blanc. C’est une viscose un peu épaisse, ce qui m’a plu pour la saison.

Viscose Mondial Tissus lavée, une photo avant la coupe

Pour la mercerie j’ai acheté tout cela une fois la robe un peu avancée car j’avais besoin de me projeter plus dans le modèle. J’ai donc choisi des boutons bleus assortis à la robe chez Mondial Tissus et un biais en coton pour la ceinture à l’Atelier de la création.

Impression du patron

J’ai utilisé la version A4 du patron pour l’imprimer. Petite frayeur en voyant le nombre de pages du patron au premier coup d’œil !

En fait, comme Jennifer propose plusieurs profondeurs de bonnets, il y a plusieurs planches différentes pour le patron du buste. C’est à dire qu’il y a une planche par bonnet du bonnet A au bonnet D et sur chaque planche, la taille 6 à la taille 24. Il faut donc choisir sa taille pour pouvoir imprimer la bonne partie du haut devant.

Idem pour les manches, le patron propose 3 versions différentes : courtes, 3/4 ou longues. Il faut donc choisir son option.

Une fois ces détails réglés, il suffit de se reporter à la page du livret d’instructions qui indique qu’elles pages imprimer selon ces choix. Il y a 9 blocs différents pour un total de 100 pages :

  • 4 blocs pour le haut devant et les parementures donc un seul à retenir selon la taille choisie
  • 1 bloc pour le haut dos, les parementures et les poches
  • 1 bloc pour la jupe
  • 3 blocs pour les manches donc un seul à retenir selon la version choisie

Instructions pour l’impression du patron PDF en format A4

Par exemple pour ma part : bloc haut devant bonnet D + bloc haut dos + bloc jupe + bloc manches 3/4 = 40 pages sur les 100 du patron

Honnêtement je trouve que proposer un patron avec des bonnets différents est vraiment super chouette. Par contre ça peut vite être compliqué à gérer dans le patron… Mais la vraiment c’est très clair et facile à comprendre.

Choix de la taille

La table des tailles est présentée en inch et en cm ce qui est très appréciable car convertir en cm c’est parfois un peu -relou-.

Tableau des mesures – robe Mayberry

Le tableau est très clair, il faut juste identifier qu’il y a quatre lignes différentes pour le tour de poitrine selon la taille de bonnet choisie. Il faut donc se référer à la bonne ligne.

Première étape donc, choisir sa taille de bonnet. Dans le guide Jennifer explique comment calculer sa taille de bonnet. Pour cela il faut calculer la différence entre le tour de poitrine (full bust) et en dessous de la poitrine (under bust). Selon ces calculs je dois choisir le bonnet C.

Explications pour le choix de la taille de bonnet – robe Mayberry

89-74=15 => bonnet C

En sachant que ma taille de soutien gorge est en fait un bonnet E dans le commerce. En bonnet C je corresponds donc exactement à une taille 10 pour la poitrine, puis entre la taille 8 et la taille 10 pour le taille et entre le 6 et le 8 pour les hanches.

La bonne nouvelle c’est que le guide présente le tableau des mesures du vêtement fini. C’est mesures ne sont pas souvent données pour les patrons mais je les trouve vraiment pratiques. En effet on a pas toutes la même envie d’ajustement. Par exemple moi, j’ai du mal à porter des choses « loose ». Je vais donc choisir une taille qui me donne l’aisance nécessaire pour bouger mais pas forcément celle prévue pour ma taille.

Tableau des mesures du vêtement fini de la robe Mayberry

En l’occurrence, en analysant les mesures du vêtement fini, j’ai vu que je pouvais me coudre le buste plutôt en bonnet C en taille 10 ou en bonnet D en taille 8. J’ai donc choisi de couper l’ensemble de la robe en taille 8 et ce avec un bonnet D plus proche de ma morphologie que le bonnet C.

Derniers préparatifs : La coupe

Les indications de placement des pièces sur le tissu sont très détaillées, il y a un schéma pour chaque version et laize de tissu. Autre plus, Jennifer indique bien sur les pièces de parementure dans quel sens découper le thermocollant (c’est bête mais c’est toujours rageant!).

Enfin dernière note mais très importante, l’information sur les marges de couture est présente et bien visible. Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça me fait suer de passer 10 minutes à chercher cette information… Les marges de couture de 1,5 cm sont donc incluses. Lorsqu’il faut les rajouter je ne prends qu’un cm pour ma part donc il y a toujours un risque de ne plus penser aux 1,5 cm et de se tromper. Mais en même temps pour un premier patron dans une marque ou je ne suis pas sûre de la taille je trouve ça rassurant car ça permet de faire des ajustements si nécessaire.

La couture

Tissu lavé et coupé. Ça y est on peut commencer ! Les instructions du patron sont très claires, je n’ai rencontré aucun problème lors du montage de la robe.

Instructions de montage de la robe Mayberry

Le haut

On commence par le haut. Pinces poitrine, assemblage des parementures, rien de techniquement très compliqué. On arrive aux boutonnières sur le haut et également deux sur le devant de la jupe pour glisser la ceinture. Ma bête noire soyons clairs, je rechigne toujours à faire des boutonnières… Bon maintenant que j’ai changé de machine je suppose qu’il n’y a plus de quoi stresser à propos de ça. Et d’ailleurs tout s’est parfaitement déroulé ! Mais j’aime bien râler 😁

Les boutonnières, un jeu d’enfant avec ma nouvelle machine

Les manches

On monte les manches avec la méthode des fils de fronces. Je n’ai pas eu de problème pour que ma manche soit nette donc l’embus est facilement résorbable.

Ensuite pour les manches 3/4 et longues la finition de la manche se fait avec un bracelet de manche sur la manche qui est froncée au bout. Cela demande un peu d’application surtout au moment de la surpiqûre. La prochaine fois je pense que je bâtirai cette partie à la main.

Voilà le moment de l’essayage du haut est arrivé et également les perles de sueur pour moi ! Aïe aïe aïe je ne peux pas lever les bras ou les écarter sans craindre que les coutures ne craquent ! Allez on repose tout une soirée et le lendemain armée du découd vite j’ai repris mes coutures de côtés au niveau des emmanchures. Je pense avoir gagné 0.25 à 0.5 de chaque côté. Puis j’ai décousu les emmanchures pour les recoudre avec une marge de couture à 1 cm au lieu de 1,5 cm. Le résultat est mieux on continue !

Haut de la robe Mayberry – Jennifer Lauren Handmade

La jupe

Ensuite on assemble la jupe de la robe avec les poches intérieures. Cette étape est bien décrite pour arriver à une poche nette et pas un truc qui rebique sur les hanches. La encore rien de techniquement compliqué.

Assemblage du buste et de la jupe + création de la coulisse

C’est peut être la partie la plus délicate. En tout cas pour moi la création d’une coulisse demande toujours de l’application ! Déjà parce que j’ai toujours un embus de tissu vers chaque couture (comment je me débrouille ?) Mais aussi parce que la couture qui se voit à l’extérieur doit être bien droite tout en enfermant correctement le tissu à l’intérieur.

Et une fois qu’on a fait tout ça et bien il ne reste que les finitions c’est à dire l’ourlet de la jupe et les points à la main pour fixer la parementure (chose que je n’ai pas encore faite). On enfile la ceinture choisie et voilà  !

l’essayage

Lors du dernier essayage et surtout de la séance photo j’ai vraiment été soulagée. Comme la robe blouse sur la taille ça me donne encore un peu de liberté au niveau des emmanchures ce qui fait que je ne suis finalement pas gênée ! Je suis très contente d’avoir repris mes coutures à ce niveau et je pense que cela vient du fait que j’ai fait une taille 8D au lieu d’une 10C. Il faudrait refaire une robe pour voir la différence ! Ou tout simplement un tissu moins rigide aurait également pu convenir.

Mon avis

Ce que j’ai aimé

  • Clarté des explications concernant l’impression et facilité d’assemblage du patron
  • Choix entre quatre bonnets différents et 10 tailles soit 40 combinaisons possibles pour le buste
  • Détail des mesures pour le choix de la taille avec notamment les mesures du vêtement fini pour chaque combinaison
  • Facilité à trouver les informations (marges de couture, thermocollage des pièces)
  • Chaque cran tombe parfaitement lors de la couture, il n’y a pas de problème particulier lors du montage
  • Dans les instructions Jennifer donne des astuces sur certains points clefs

les améliorations possibles

  • Si je chipote je dirais que les finitions ne sont pas bien indiquées dans les explications. Ce qui est bizarre c’est qu’elles sont indiquées à certains moments et à d’autres il n’y a pas de précision. Je préfère quand c’est clair : soit c’est précisé dès le départ de tout surfiler ou faire ce que l’on veut, soit le patron propose des finitions précisées pour chaque pièce. En réalité dès qu’on n’est plus débutante ce n’est pas problématique.
  • Proposer  des instructions en Français ? Je sais que personnellement cela ne me dérange pas de coudre un patron anglais. Ça demande un peu plus d’attention de ma part mais c’est faisable.
Et vous, est ce que ça vous arrête, un patron en anglais, pour coudre un vêtement ?

Bilan personnel

Je suis très contente de cette expérience même si j’ai pas mal de choses à me reprocher :

  • je pense que j’aurais du choisir un tissu uni pour mettre mieux en valeur la patte de boutonnage devant
  • j’ai procrastiné pour ce projet car je ne trouvais pas le tissu qui m’inspirait et du coup j’ai commencé à reculons et surtout assez tard
  • côté positif, j’ai appris à travailler sous la pression avec les cousettes de Noël pour moi et pour la boutique
  • j’ai découvert une nouvelle créatrice qui propose des patrons adaptés à ma morphologie et à mon style

Les photos de la robe mayberry

ma robe Mayberry a des poches !

Zoom sur le haut de la robe Mayberry

La robe vue de profil avec ses bracelets de manches et la manche froncée

Détail de la boutonnière de la robe Mayberry

La robe Mayberry en entier, avec sa taille marquée et son buste ajustée elle correspond aux modèles de robes qui me vont parfaitement !

Voilà, je termine cet article en vous souhaitant une joyeuse fin d’année et rdv en 2018 pour plein de nouvelles aventures ! Merci à toutes pour votre bienveillance et vos encouragements !

6 réflexions sur “Pattern Review : robe Mayberry – Jennifer Lauren Handmade

  1. Virginie L dit :

    J’en l’adore ta robe! Ce tissu est superbe ! Tu me donnes envie de la faire ! Maintenant en anglais … j’en ai pas’ mal bave avec la chemise Rosa. Pas l’anglais en lui même mais les mots et expressions dencouture . Ça ne s’invente pas, on ne peut pas improviser.
    Bravo pour ton boulot !

    • Aude dit :

      J’ai transmis l’idée de la traduction à la créatrice, on verra son retour ! En tout cas si tu veux te lancer n’hésite pas je pourrais t’aider ou toute la communauté d’instacouturières !

    • Aude dit :

      Oui j’avoue que je me suis un peu emballée dans ma review mais je tenais à faire un article bien complet pour jouer le jeu à fond pour la créatrice qui m’a donné l’opportunité de coudre ce patron !
      Je te conseille effectivement de foncer parce que je pense que ce patron te convient tout à fait dans le style et aussi dans la morphologie ! J’ai hâte de voir ce que tu choisirais comme tissu pour la coudre !

  2. Lise dit :

    Quel chouette projet! Je trouve que l’encolure tombe très bien sur toi (je n’aime pas quand ça monte très haut sur le cou), en revanche pour des manches 3/4 elles sont pas mal longues (c’est pas plus mal, rien de plus emm… ennuyeux que des manches 3/4 qui remontent quand on enfile un gilet 🙂

    J’avoue être globalement plus à l’aise avec des instructions en anglais, sûrement car j’ai commencé à oudre avec des patrons anglo-saxons. EN plus je trouve qu’en français on se complique la vie avec du jargon et 12 000 façons différentes d’appeler la même chose (oui, moi aussi j’aime bien râler !)

    En tout cas cette robe et la Laneway dress sont sans conteste mes 2 modèles préférés de cette créatrice!

    • Aude dit :

      Oh moi non plus je n’aime pas quand ça monte trop et d’ailleurs j’avais peur de cet effet et puis non. En plus quand ça monte trop j’ai l’impression d’être étouffée !
      Pour les manches j’hésitais entre les longues et les 3/4 et ces dernières me semblaient déjà assez longues donc j’ai opté pour 3/4 et effectivement j’arrive à les attraper avant d’enfiler mon gilet pour les « bloquer » dans la bonne position sous le gilet !!!
      Pour le tricot j’avoue que le monde anglo-saxon m’a convaincu quand j’aurais pu arrêter le tricot après des essais de patrons français old school… Pour la couture je n’ai pas de préférence sur la construction des patrons. Par contre j’avoue avoir des préférences pour les patrons de style un peu vintage comme la Cambie Dress, les patrons de SOI ou encore les Butterick…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *