Tate Top – Workroom Social

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas cousu un haut et j’avoue que ce type de modèles hyper faciles à coudre comme le Tate Top délivre une certaine autosatisfaction de par sa rapidité et sa simplicité à coudre.

L’idée

A la base j’avais envie de tester un modèle de crop top pour pouvoir coudre un ensemble jupe / crop top avec un jacquard que j’ai acheté l’été dernier chez Mondial Tissus et pour lequel je ne trouvais de modèle de robe qui me plaisait.

jacquard mondial tissus
Mon précieux coupon de jacquard acheté sur un coup de cœur chez Mondial Tissus

J’ai choisi de coudre une toile avec un tissu depuis très longtemps dans mon stock pour pouvoir la porter avec ma jupe Chardon cousue l’an dernier et mes pantalons taille haute.

jupe chardon en chambray
Ma jupe Chardon cousue l’été dernier

Comme je suis petite et que j’ai la taille marquée je favorise les robes et les jupes avec la taille marquée. Mais ce n’est pas toujours facile de trouver des hauts qui vont bien avec les jupes et pantalons taille haute. Le crop top c’est la bonne alternative au débardeur loose porté à l’intérieur.

Le patron du Tate top

Tout d’abord il faut souligner que c’est un patron gratuit. Il est disponible sur le site de Workroom Social en entrant son nom et son adresse mail. 

Lire la suite

Cours de patronage – coudre ma robe de mariage civil acte final

Je vous ai parlé il y a quelques semaines des cours de patronage que j’ai suivi dans l’optique de coudre ma robe de mariage civil. Je voudrais aujourd’hui revenir sur la robe finale pour vous présenter les dernières modifications apportées. Mais aussi pour vous présenter le résultat final même si vous l’avez déjà vu sur Instagram

Le projet

Pour rappel si vous n’avez pas suivi, j’ai suivi trois cours de 2 heures ou nous avons dessiné et construit le patron d’une robe à partir d’une photo d’un modèle existant.

Le modèle de la robe de Laure de Sagazan dont nous sommes partis

Et le dos avec sa dentelle et la jupe boutonnée

Il s’agit donc d’une robe totalement dans mes habitudes vestimentaires avec :

  • un haut cintré
  • une taille marquée
  • une jupe à plis
  • des petites manches

Bref tout ce que j’aime ! Avec en plus un jolis dos et le détail de la patte de boutonnage dans le dos de la jupe qui apporte une belle finition.

Le process

Si vous voulez suivre le cheminement qui m’a permis d’en arriver à la toile suivante alors vous pouvez aller lire mon article sur le cours de patronage et la robe construite durant ce cours.

La toile de ma robe de mariage civil

Et le dos

Sur cette première version j’ai voulu conserver un dos facile à porter au quotidien. En effet je voulais pouvoir porter cette robe facilement. L’inconvénient c’est que je n’ai pas pu travailler le montage du dos et c’est clairement la partie qui m’a pris le plus de temps sur la robe finale.

Par rapport à la version initiale nous avons supprimé les poches et plus ajusté le buste.

Les tissus

Pour cette robe un peu exceptionnelle je souhaitais un tissu structuré. J’aime vraiment les sergés, les piqués de cotons, les jacquard… J’ai déniché cela chez Alice Boulay qui a des arrivages de tissus toujours très intéressants. Je trouve que ce site recèle des petites choses qu’on ne voit pas ailleurs !

J’ai donc choisi un tissu sergé en lin et soie chez Alice Boulay. Quand j’ai reçu le tissu j’ai été surprise par la nuance de blanc qui ne correspondait à aucune dentelle que j’avais en stock. J’ai donc analysé cela sur le site de Stragier qui met à disposition un nuancier de blanc qui est vraiment très utile ! De plus le tissu froisse énormément ce qui est quand même sacrément chiant au quotidien vu que je ne fais pas partie de la catégorie des gens dont le repassage serait un kiffe de la vie ! Je fais plutôt partie de la team « vivons d’amour et de fromage » !

Cela m’a permis de pouvoir filtrer les dentelles sur la nuance du blanc optique qui était la plus proche de mon sergé. J’ai commandé une magnifique bande de dentelle de Chantilly. Ce qui est chouette c’est que pour apporter quelques touches seulement de dentelle on peut ne commande qu’une faible quantité de dentelle et cela limite les coûts avec toutefois des matières nobles.

Quand le doute s’installe

Quand j’ai voulu me mettre à ma robe de mariage civil j’étais super confiante. Jusqu’au moment ou, je me suis dit que mon tissu de toile – un jacquard bien épais – et mon tissu final étaient quand même très différents…

J’ai été prise d’un gros doute, j’ai voulu changer de tissu. Bien sur je ne trouvais pas de tissus blanc plus épais dans la nuance qui serait allée avec ma dentelle que j’avais déjà achetée ! Du coup j’ai conservé mon sergé de lin et soie mais j’ai décidé de doubler entièrement le haut avec le même tissu puisque j’avais le métrage nécessaire.

La couture

La grosse différence entre ma toile et la version finale, hormis le tissu, c’est le dos.

L’empiècement dos

J’ai trouvé que c’était une bonne solution de doubler le haut car cela me permettait de prendre en sandwich mon empiècement dos en dentelle entre les deux épaisseurs, la robe et la doublure. J’ai également doublé la ceinture pour la fixer à l’intérieur à la main et prendre encore une fois en sandwich mon empiècement dos en dentelle. Sauf qu’en vrai je me suis un peu galérée. D’autant qu’au premier essayage j’ai réalisé que ça n’allait pas, la dentelle dans le dos retombais au niveaux des festons. J’ai essayé diverses tentatives pour la maintenir (comme mon ami le fabulon).

En même temps je réfléchissais au mariage qui approchait, au temps qui s’annonçait plutôt mauvais, et je me disais que je m’emballais un peu ! Du coup j’ai décidé de doubler la dentelle avec mon tissu de robe, cela me permettra également de la reporter plus facilement et plus souvent ce qui me semble important. Je n’avais pas envie d’une deuxième robe à usage unique…

Bref j’ai cousu un empiècement doublé avec les mêmes festons que la dentelle. J’ai ensuite fixé la dentelle à la main sur le haut et les côtés. Puis j’ai inséré mon empiècement dos entre ma robe et la doublure. J’ai tout cousu sur l’envers et quand j’ai retourné, le miracle s’était produit (mais je me suis fait quelques nœuds au cerveau !).

Le reste de la couture…

…s’est déroulé sans encombre puisque j’avais déjà validé toute cette partie avec la toile et qu’il n’y avait aucun soucis.

Sur le dos de la robe j’ai rajouté sur la fausse patte de boutonnage des perles que je n’avais pas mises sur la première version car le tissu était déjà épais, imprimé et assez sombre.

Ma robe de mariage civil en photos

Vous les avez déjà vues sur mon compte Instagram mais il était impensable pour moi de ne pas vous montrer ma robe ici. D’en laisser une trace ici dans ce blog qui suit ma vie couturesque !

La mariée arrive à la mairie, petit moment de stress car tout le monde me regarde…

On a dit oui !

La signature du registre…

Ma robe de mariage civil et le chino de Monsieur

Ici on voit un peu mieux l’ajustement du corsage, la ceinture et les plis du devant

Je ne sais pas si j’assume mes mollets mais je voulais vous montrer la fausse patte de boutonnage au dos de la jupe

L’empiècement dos en dentelle, finalement doublé

Le détail de la manche en dentelle de chantilly

Et pour finir, la beauté de mon bouquet de mariage civil…

En conclusion

J’ai adoré aller en cours de patronage et retrouver cette petite folie de s’aventurer dans une partie de la couture que je ne maîtrisais pas. Je regrette quand même d’avoir l’impression de ne pas être capable de pouvoir reproduire au moins en partie cela à la maison avec un nouveau projet.

Je regrette le choix de mon tissu qui est un peu trop léger, même si une fois doublé le haut rend vraiment très bien. Le bas de la robe reste un peu trop léger, l’effet aurait été tout à fait différent avec un tissu plus lourd.

Je suis ravie du compromis que j’ai trouvé dans le faire et ne pas faire pour le mariage. Je ne regrette pas une seule seconde de ne pas avoir cousu la robe du grand jour tellement nous étions faites l’une pour l’autre. Oui, au moins tout ça ! Du coup coudre ma robe de mariage civil, mon kimono en soie, les noeuds papillon de monsieur, des témoins, les accessoires des enfants d’honneur… a été un réel plaisir ! J’ai hâte de vous montrer tout ça…

Les détails

 

Suki Kimono – Helen’s closet

Voilà un projet que j’avais en tête pour l’année 2018 et qui a finalement été reporté dans mon #makenine2019, un kimono pour la maison.

Le constat

Force est de constater que les cousettes les plus rentabilisées sont celles des vêtements d’intérieur comme les pyjamas ou les vêtements pratiques et confortables comme les tee-shirts. A partir de cette réflexion, et vu la tête des mes robes de chambre qui sont des cadeaux « goodies » reçus dans des commandes de je ne sais plus quels produits, il paraissait évident de me coudre un vêtement d’intérieur.

Le patron

J’ai choisi le patron du kimono Suki car j’aime sa forme simple et l’empiècement du col. J’ai aussi trouvé le potentiel de ce patron comme une base intéressante pour d’autres projets comme une veste courte que j’ai vue sur les réseaux sociaux à partir de ce patron.

Le patron de décline en deux longueurs, en dessous du genou, et milieu du mollet.

Les explications sont claires, accompagnées d’illustrations qui aident beaucoup vu que c’est en anglais.

Les parties techniques sont à mon avis, la couture de tissus plutôt fins et fuyants selon votre choix. L’empiècement du col au niveau des coins de l’empiècement avec le reste du vêtement. Pour cette partie, ainsi que pour les bracelets de manche, le patron propose deux options avec un niveau de difficulté différent selon les finitions que vous souhaitez obtenir. Pour ma part et étant donné que j’ai choisi de coudre ma première version dans de la soie, j’ai décidé de choisir les options les plus simples !

Le tissu

Lire la suite

Brumby skirt – Megan Nielsen patterns

Aujourd’hui je partage avec vous la revue du patron de la jupe Brumby de Megan Nielsen qui a remporté le battle des jupes…

J’ai imaginé cette jupe comme un ensemble avec le top Ogden Cami que j’ai cousu en proviscose Pretty Mercerie pour porter avec. Pour compléter cette tenue j’ai également cousu un « sur-top » en guipure. En effet les températures ne permettent pas de porter le petit top Ogden Cami tous les jours sans attraper une pneumonie.

Le patron

Brumby est une jupe froncée, cintrée et qui repose sur la taille naturelle. Elle est proposée en trois versions avec des longueurs différentes et des poches. La fermeture éclair est montée de façon à être visible.

Selon le tissu et la version utilisées on peut obtenir un résultat très différent. C’est donc pour un moi un bon basique à avoir dans sa patronthèque. Je pense que je ferais à nouveau ce patron en version plus longue, et aussi en version courte en jean !

Les explications

Je sais que ça en décourage beaucoup d’entre vous, le patron est en anglais. Mais les instructions sont très claires et bien imagées.

J’apprécie particulièrement que les mesures du vêtement fini soient données. Et le petit plus également, le métrage de tissu nécessaire indiqué selon les versions et la taille cousue.

La couture

Je n’ai rencontré absolument aucun problème pour coudre la jupe.

J’ai choisi de modifier la fermeture éclair et de poser une invisible. Je ne peux donc pas juger les explications à ce sujet mais j’avoue que je ne suis pas une grande fan de ce genre de montages donc je pense que je modifierais cela sur d’autres versions, sauf peut être une version en jean.

D’ailleurs j’ai apprécié l’astuce de poser du thermocollant sur les paries de la jupe ou est cousue la fermeture éclair. C’est pourtant assez évident quand on y pense mais je ne l’avais jamais fait et je pense que la jupe y gagne en tenue et en durée de vie peut être.

Le tissu

J’ai choisi avec beaucoup d’application pour mon anniversaire un coupon chez Motif Personnel et mon cœur a balancé vers les viscoses  Liberty. La viscose est  fine, elle se coud très facilement, elle est douce et froisse moyennement. J’ai hâte de voir comment elle vieillit et j’espère qu’elle gardera ses couleurs vives et sa douceur !

Le résultat en images

Je vous propose tout de suite de voir le résultat de cette tenue. Voici donc la jupe Brumby portée donc avec le top Ogden Cami troisième du nom. Je porte aussi mon canotier customisé avec les chutes de ce top !

Voilà ma jupe brumby dans ce magnifique liberty viscose

Le tissu est une merveille de légèreté, je sens que cette jupe va être ma compagne en cas de canicule !

Et le vent qui fait voler Brumby !

Je vous montre également une petite série de photos sur la plaza Mayor à Palma

Je porte ma jupe avec untel shirt blanc simple et léger pour me protéger au maximum du soleil…

Dernier point, le tissu est vraiment chouette car il ne se froisse pas énormément et j’ai du mal à trouver des viscoses d’une telle légèreté qui tiennent aussi bien sans un milliard de plis !

 

Détails :

 

Robe Magnolia version bohème – Deer and Doe

Comme je vous en avais parlé, en 2018 j’ai été contacté par la boutique Tissus Telaio pour une collaboration et j’avais choisi cette magnifique résille brodée ainsi qu’un voile de coton noir pour la doubler.

Résille brodée – Tissus Telaio

L’inspiration

Comme vous le savez certainement je me marie (dans deux mois ahhhhh) et à force de regarder les robes de mariées je suis tombée sur une créatrice allemande, Puyan Saheb, dont les robes sont complètement magiques.

LA robe de la créatrice allemande qui m’a fait rêver et inspirée

J’ai longtemps réfléchi au patron qui serait le plus adapté à mon envie et je vous avais d’ailleurs demandé votre avis dans ce post… Vous aviez pour la grande majorité choisi la robe Magnolia de Deer and Doe. Et il faut avouer que c’est également le modèle que j’avais en tête.

J’ai beaucoup hésité avec le patron de la robe Trésor de My Super Bison mais j’avais lu plusieurs retours sur des problèmes pour ajuster le décolleté (sur la version hiver). Comme j’avais déjà cousu récemment une version de Magnolia cela représentait à la fois à la fois un gain de temps mais aussi la rentabilisation du patron…

Le point positif du patron de la robe Trésor, c’est la jupe dont les pans sont horizontaux et non pas verticaux pour Magnolia. Cela m’aurait permis un super effet visuel je pense avec la résille.

Le tissu

Le tissu principal de la robe étant une résille brodée transparente il était indispensable d’avoir une doublure. Pour conserver la fluidité de la résille j’ai choisi un voile de coton. Je l’ai déjà dit dans l’article ou j’ai présenté les tissus reçus de Tissus Telaio, mais la qualité du voile de coton et de la résille est vraiment magnifique. Le voile de coton est d’une douceur absolue. Pour une doublure c’est vraiment agréable.

Ce qui m’inquiétait un peu c’était de travailler la résille. Finalement avec un peu de patience et d’application tout s’est bien passé. Voici quelques points d’attention à retenir dans ce type de situation : Lire la suite

Tee-shirt Jasmin – Cozy Little World

Alerte à tous ! J’ai cousu un tee-shirt qui n’est pas cintré ! Et en plus je l’aime… Il s’agit du tee-shirt Jasmin de la créatrice Cozy Little World notamment connue pour le gilet Monceau.

Petit constat

Ma garde robe est composée de quelques tee-shirts mais clairement c’est le patron Agnès de Tilly and the Buttons qui est le plus représenté. Je pense avoir 4 versions dans mon dressing. Dans le même style j’ai également cousu un tee-shirt Givre de Deer and Doe mais je ne suis pas vraiment convaincue par ce patron je dois l’avouer.

J’ai également des hauts principalement à manches longues à partir des patrons Plantain et le Confortable. Mon armoire m’a laissé entendre que j’avais besoin d’encore quelques basiques avec notamment un haut à manches longues moins ajusté.

L’objectif étant de pouvoir le porter à la fois en mode cool avec un jean. Ou en plus habillé, porté blousant dans une jupe ou un pantalon taille haute. Et pour cela j’avais depuis longtemps dans le viseur le tee-shirt Jasmin de Cozy Little World.

Le modèle

Le tee-shirt Jasmin de Cozy Little World

Le tee-shirt Jasmin est un tee-shirt « loose » avec des détails féminins comme son encolure dégagée en V et ses fronces sur l’empiècement dos. Il est disponible en manches courtes et manches longues.

Même si la modification de la longueur des manches est quelque chose de simple à faire j’avoue que j’apprécie quand cela est proposé de base dans le patron. Pour moi c’est un vrai plus car j’aime acheter des patrons que je vais pouvoir utiliser plusieurs fois.

C’est donc un modèle très simple, qui peut être customisé avec l’ajour de passepoil par exemple aux épaules ou à la découpe de l’empiècement dos. Lire la suite

Robe Magnolia – Deer and Doe

Encore un article de blog sur la robe Magnolia de Deer and Doe ? Et en plus de ça des mois après tout le monde ? Tant pis je vous fait quand même ma revue de patron car cela peut toujours être intéressant notamment au niveau des ajustements…


Le tissu

Pour Noël j’ai profité d’une promotion chez Stragier pour me commander un liberty à 16,4 € le mètre. Je voulais réaliser une robe Magnolia de Deer and Doe. J’ai donc acheté trois mètres de tissu car j’ai choisi de réaliser la version courte mais avec les manches longues.

En coupant le patron je me suis rendue compte que j’étais vraiment large au niveau du métrage, ce qui est toujours rageant pour un liberty. Du coup je me suis interrogée pour faire la version longue. Mais je ne me voyais pas porter en hiver, car mon tissu est plutôt automnal / hivernal, une robe longue même si c’est la mode… Du coup j’ai coupé la version courte et il m’est resté un peu plus d’un mètre.

L’Homme a déjà jeté son dévolu sur les chutes pour avoir la doublure de son futur chino Le Culotté. Et je pense également couper le top ou le short de l’ensemble Fifi de Tilly and the Buttons.

Le patron

Vous connaissez toutes je pense le patron de la robe Magnolia de Deer and Doe issu de leur dernière collection.

Ler patron Magnolia de Deer and Doe

Il s’agit d’une robe cache cœur avec la taille marquée et une ceinture à nouer dans le dos. Elle propose deux variations de décolleté mais même le décolleté le plus sage reste assez important. Et elle propose également deux variations de longueur, une courte et une longue avec une fente.

Le métrage indiqué me paraît plutôt élevé, notamment pour la version courte qui nécessite quand même 2,5 m de tissus. La version longue elle nécessite 4 m de tissus en laize 150.

La couture

Je ne sais pas pourquoi je m’étais mis en tête que Magnolia était un modèle compliqué à coudre. En réalité il ne présente aucune difficulté technique en tout cas pour la version que j’ai choisie. Si ce n’est la pose d’une fermeture éclair invisible.

La principale difficulté à mon sens réside dans l’ajustement du modèle au niveau de la poitrine… Lire la suite

IT Patron : Gilet Blackwood Cardigan – Helen’s Closet

Le constat

Hiver 2017-2018

Le gilet Blackwood me semble être un incontournable sur les réseaux sociaux comme le gilet Cannelle de Christelle Beneytout ! J’ai le patron qui attend que je lui règle son compte depuis un an, et même un tissu acheté au CSF 2017 (honte à moi) que j’avais mis de côté pour ce projet.

Et pourtant… j’étais un peu indécise sur la version à coudre… Au final l’hiver s’est terminé ! J’ai donc rangé le patron et le tissu jusqu’à l’hiver suivant.

Hiver 2018-2019

Je ressors le patron et surprise je l’ai déjà imprimé, préparé et coupé. Mais entre temps j’ai perdu 5 kg. Je m’interroge donc sur la taille choisie l’an passé / celle à choisir maintenant. Et du coup j’en profite aussi pour m’interroger sur la version choisie. J’ai coupé la version courte mais au travail je vois une collègue qui a toujours des gilets et vestes longs alors qu’elle n’est pas énormément plus grande que moi…

En plus de ça je suis motivée par mon expérience positive de l’été avec la robe longue. Je demande conseil à une collègue qui me pousse à sortir de ma zone de confort et elle n’a pas tort. Des gilets comme ça j’en ai déjà (un bleu canard et un noir à paillettes), le modèle Cannelle qui est fortement ressemblant.

Je décide donc de recommencer, imprimer, scotcher, découper ! Motivée !!!

Le patron

Le patron est en anglais. Je sais que ça en décourage beaucoup d’entre vous. Pourtant je trouve que les patrons étrangers ont vraiment une bonne place dans le panel des patrons indépendants. Il y a beaucoup de choix, des choses vraiment de très belle qualité. Du coup éliminer les patrons anglais c’est vraiment se priver d’une grande quantité de patrons tops.

Les deux versions proposées dans le patron du Blackwood cardigan

Lire la suite

Robe Aldaia #2 – Pauline Alice

Pour fêter ma réconciliation avec le patron de la robe Aldaia je vous fais une petite revue de patron !

Aladaia de Pauline Alice et ses nombreuses variations

Vous connaissez certainement déjà ce patron qu’on ne présente plus. Mais lui et moi ce n’était pas vraiment une histoire d’amour. Pour la simple et bonne raison que ma première version m’a donné quelques sueurs froides…

Longue histoire entre Aldaia et moi

Ma première Aldaia je l’ai commencé en 2017 et elle a atterri au fond de mon placard de la honte. En boule… Ne vous moquez pas, je ne suis quand même pas la seule à avoir un placard de la honte ?!

C’est finalement en avril (je crois) 2018 que j’ai décidé de réessayer cette robe pour voir si je pouvais la sauver (et la porter). Comme j’avais perdu un peu de poids j’avais retrouvé l’espoir de sauver cette robe que je n’avais jamais terminée car elle me donnait l’impression d’être enceinte !

Ma première version, jolie mais pas parfaite

J’ai finalement terminé cette cousette et je la porté également mais je m’étais notée de mieux choisir mon tissu pour la prochaine. En effet celui-ci était trop fin et pas assez structurée pour une robe, surtout avec le choix de la jupe version volants…

Aldaia, version 2

Le choix du tissu

Lire la suite

Veste Camélia – Dessine moi un patron

En commençant à rédiger cet article au sujet de la veste Camélia je me demande si je vous ai déjà parlé de ma malédiction avec les vestes ?!
Chaque veste que j’ai cousue est complètement foirée. Ou alors elle m’en a fait baver, le tissu bouloche, etc.
En bref, je n’ai encore jamais été totalement convaincue par une de mes vestes soit par un mauvais choix de patron soit un mauvais choix de tissu…

La veste Camélia

Le patron de la veste Camélia

Cette veste je l’ai repérée dès sa sortie. Sa coupe courte et cintrée c’est tout ce que j’aime !
Et pourtant au début je ne me suis pas imaginée la coudre. Je ne me sentais pas encore capable de m’attaquer à une telle pièce.
Durant l’été 2017, le patron était en solde sur une mercerie en ligne. J’ai craqué et l’ai commandé. Mais il est resté sur mon étagère quelque temps… En fait en ouvrant le patron j’avais été un peu déçue par le livret…
Et puis au CSF l’an dernier j’ai admiré (en vrai) les magnifiques versions d’Emilie sur son stand « Dessine moi un patron ». Je me suis sentie bête de ne pas m’y attaquer (à la bête).
Et pourtant (que cette histoire est longue….) j’ai encore trainé une bonne dizaine de mois. Car le temps de trouver le bon tissu, la veste n’était plus de saison !

Le patron

Ça y est, je me lance et Camélia est la prochaine pièce de mon dressing. Enfin j’espère. J’avoue que je ne suis pas sereine…
Il faut dire que le livret d’explications n’est pas pour me rassurer… Les photos sont en noir et blanc et on n’y voit strictement rien. Quelques feuilles sont jointes à part avec des photos couleurs mais elles ne concernent qu’une partie du patron. Lire la suite